La mondialisation des marchés

 

 

 

La mondialisation est un phénomène qui se manifeste dans divers champs (dans tous les domaines).

 

    Sur le plan des technologies des réseaux de télécommunications

 

La mondialisation est due en grande partie à la révolution dans les technologies des réseaux de télécommunications (haut débit, fibre optique…).

La mondialisation des marchés correspond à une nécessité et à une priorité.

La priorité est de se positionner sur l’échiquier mondial et la nécessité, de proposer ses services aux pays dont les infrastructures de télécommunications sont en voie de développement.

 

La poursuite de ces objectifs ne doit pas occulter les dimensions nationales et surtout locales qui renvoient aux marchés des télécommunications.

Par ailleurs, l’absence des informations de nature financière ne permet pas encore de déterminer quels sont les acteurs au potentiel structurant.

 

    Les entreprises de télécommunications

 

Les opérateurs télécoms en position dominante (Paritel, Orange, Bouygues télécom…), sont a priori les acteurs relais ou les acteurs au potentiel structurant, dont l’industrie a besoin pour croître.

Ces entreprises participent directement et indirectement à l’élaboration de l’industrie des télécommunications sans fil.

 

La structure morcelée des télécommunications française favorise beaucoup de formes de convergence technique et économique reposant sur les normes du sans-fil choisies pour exploiter le service à travers le pays et sur les alliances conclues entre les diverses sociétés partenaires et concurrentes sur les marchés.

 

L’analyse du marché des télécommunications permet de mieux évaluer l’importance de cette industrie et le poids de chaque acteur dans un environnement économique en perpétuel changement.

 

   Opérateur de réseau mobile

La distribution des rôles qui a cours dans l’industrie de télécommunications filaires n’existe pas dans le cas des télécommunicateurs puisqu’un même opérateur peut acheminer des appels internationaux, nationaux et locaux, en fonction des systèmes techniques choisis.

 

L’analyse de l’industrie non-filaire montre que la logique du secteur de télécommunications traditionnelles ne peut se transposer au secteur des mobiles, même si a priori ce sont les mêmes acteurs qui y interviennent.

De plus, le marché français des services et produits mobiles présente une structure unifiée intéressante, en raison du peu d’acteurs qui investissent les différents segments mobiles.

Les principaux acteurs qui règnent sur le marché de la téléphonie mobile en France :

Orange, Paritel, Bouygues télécom et SFR.

 

L’étude de ces marchés et de la structure organisationnelle des opérateurs permettra à son tour de définir les forces et les faiblesses de chaque société, contribuant ainsi, directement ou indirectement, à la convergence des systèmes mobiles.